Chanteuse

A propos
karinepiquion

Parcours

Origine d’un parcours

Karine Piquion est née dans une famille où l’art et le spectacle vivant sont la pierre angulaire de tout. Sa mère crée deux festivals: le premier avec Michel Caserta « La Biennale Nationale de Danse du Val de Marne »sous l’impulsion de Michel Germa et le second, « Les Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis » et dirige des collections de livres La Danse dans le Monde, aux Belles Lettres et l’Auteur dans l’Oeuvre chez Armand Colin. Son père est, à l’époque, danseur dans la compagnie contemporaine de Michel Caserta. Il dansera également avec le Théâtre du Silence, groupe de danseurs de l’Opéra National de Paris fondé par Jacques Garnier. Bref, elle est comme Obélix, tombée dedans quand elle était petite et rien n’y fait, sa place à elle, est bel et bien de ce côté du monde!

Karine passe la plupart de son temps dans les salles de spectacles et dans les loges des théâtres et grandit dans une maison où circulent ceux qui deviendront parmi les plus grands noms du spectacle vivant aujourd’hui et notamment de la danse contemporaine et classique Pina Baush, Jan Fabre, Merce Cunningham, Robert Wilson, Lucinda Childs, William Forsythe, Alwin Nicholais, Carolyn Carlson, Philippe Decoufflé, Jeanine Charrat, Jean Babilé, Jean Guizerix, Wilfrid Piollet, Dominique et Françoise Dupuy, Dominique Bagouet, Daniel Larrieu, Angelin Preljocaj, Maguy Marin, Mathilde Monnier, Karine Saporta, Stephen Petronio, Joelle Bouvier et Régis Obadia, Michel Caserta par exemple, des hommes de lettres, poètes, philosophes, metteurs en scène, cinéastes, Joël Jouanneau, Ismaïl Kadaré, Paul Virilio, Jean Bollack, Hubert Haddad, Rachid Boudgedra, Bernard Noël, Jean-Paul Dollé, Maurice Godelier, Philippe Adrien, Jacques Lassalle, Raoul Sangla ou peintres Ernest Pignon-Ernest, Stéphane Cardon, Raymond Moretti, Claude Lepoitevin pour n’en citer que quelques-uns

la-voix-la-danse

La voix & la danse

La danse: une histoire d’amour suspendu, un rêve inassouvi…

Ses premiers pas sur scène, c’est d’abord par la danse contemporaine qu’elle les fera. Très jeune, elle est passionnée de danse et souhaite devenir danseuse de métier après avoir vu un ballet de Michel Caserta « Visage de Sable ». Elle dansera un peu plus tard avec la compagnie professionnelle de Serge Keuten notamment au Théâtre de la Bastille à Paris et sera vivement remarquée.

La vie cependant lui fait faire un choix qui l’éloigne de la danse et l’oriente vers la musique à La Maîtrise de Radio France.

La voix ou la danse: De fortes rencontres…

Remarquée très tôt par la forte personnalité et la qualité de sa voix, Karine Niclas entre alors à l’adolescence à la Maîtrise de Radio France. Elle s’y forge une solide technique vocale et y fait ses premières expériences de scène comme chanteuse dans quelques beaux lieux de la musique (la Salle Pleyel, le Théâtre des Champs-Élysées, la Maison de la Radio, Scène Nationale de Dieppe, Opéra de Genève …) autour de solistes de renoms tels que José Van Dam, Jessie Norman… et dirigée par de grands chefs de chœurs tels que Marek Janovski, Sir Colin Davis… elle enregistrera aussi dans le fameux Studio 102, de la Maison de la Radio une magnifique œuvre de Ianis Xénaquis sous la direction de Michel Corboz et des Lieds de Franz Schubert sous la direction de Michel Laser de Rosel …

Depuis sa vie sur scène se fait par la musique et le chant.

auteur-interprete

Auteur-interprète

Auteur: l’amour des textes et des mots

  • Une formation théâtrale de comédienne à l’Ecole Francois Florent puis à l’école Alain de Bock.
  • L’amour des livres: les poètes, le théâtre, les essais, les moralistes …
  • Le désir d’écrire des formes courtes: les maximes, les paroles de chanson, les textes découpés pour la mise en scène…
  • Reprise d’une formation théâtrale aux Ateliers théâtrales de Blanche Salant Paul Weaver

La chanson en scène: l’interprète

Elle fondera en 2000, le groupe NOVEMBRE avec François PIQUION, pianiste de jazz, qui deviendra son mari en plus de composer la plupart de ses titres. Elle sera soutenue par Sonia Cat-Berro, Gérard Chapuis (Opéra de Paris), Simon Boissezon (cf.J. Higelin), Le Cirque des Mirages, Juliette, G. Moustaki, Yves jamait notamment. Le duo qu’elle forma avec François aura été entendu et vu à Radio Fréquence Paris-Plurielle, à France 3, FNAC, Theatre Online, Zurban, Le Parisien, Mouvement, l’Odéon Théâtre de l’Europe.

Novembre deviendra Novembre kids pour les enfants, elle est à l’écriture des textes et à leur interprétations et lui est à l’écriture de la musique. Ils ont signé leur premier album pour enfants auprès de la maison de disque des enfants Victorie Music au côté de Steeve Warring, Alain Schneider, Chanson Plus Bifluorée, Sophie Forte et sont distribués par Universal Music et soutenus par la SPEDIDAM, la SACEM, la SACD…On trouve leur disque dans toutes les bonnes librairies jeunesse et à la FNAC, VIRGIN, sur Amazon, Itunes etc… Ce spectacles tournera dans les principaux festival jeunesse, comme notamment Tintinnabule, Les Enfants d’Abord …

Grâce à son ami Bruno Bouché, danseur de l’Opéra National de Paris, elle conserve toutefois un pied avec la scène chorégraphique et collabore à plusieurs reprises, à sa demande, avec Incidence Chorégraphique qu’elle fonde avec Bruno Bouché il y a plus de 10 ans via l’Art du sablier – Arts, Cultures, Sociétés. Il assure aujourd’hui la Direction Artistique d’Incidence Chorégraphique et fait tourner ses pièces et ceux des chorégraphes qu’il promeut dans le monde entier.

mise-en-scene

Mise en scène

La voix mise en scène

Elle interprètera à deux reprises les musiques de deux spectacles de danseurs de l’Opéra National de Paris, l’une en live sur un texte poétique de Bruno Bouché, Ce qui reste ouverture de chorégraphie l’autre en enregistrement studio pour la bande son du spectacle Vivre Avec où ressort ses talents de comédienne sur des musiques toujours composées par François. Ou encore dans la pièce que Bruno écrit pour elle Une Danse, dont elle écrit les paroles sur une musique de Fred Bouchain.

Mise en scène & chorégraphie

Elle se lance progressivement dans la Mise en scène, et commence en mettant en scène deux magnifiques danseurs de l’Opéra National de Paris, Marion Barbaut et Aurélien Houette avec l’écriture de la pièce Une Femme sur une musique de François Piquion notamment dans le cadre du TedEX Woman présentée au Théâtre du Gymnase à Paris. Elle créera sur une invitation de son ami Bruno Bouché sa deuxième pièce Le Chagrin des Hommes dont elle réalise l’écriture, la mise en scène, les textes, la lumière avec l’assistance de Virginie et la scénographie, sur des musisques de François Piquion. La première a lieu est au Théâtre du Chesnay les 8- 9 avril 2016

work

Work

Ce qui Reste
Jazz
Des Etoiles dans les Bulles
Petit à Petit
Novembre
intercalaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

citation

La rencontre

Nous franchissons chaque fois une frontière
Ouvrant sur un pays
Dont les contours se découvrent
Lorsque l’on rencontre un être
Qui croise notre route.
Combien de temps y reste-t-il?

C’est l’attention exigeante du regard
Que nous avons pour nous même et pour cet Inconnu
Qui révèle ce mystère là.

Et,

C’est le concours qu’il apporte
Au poids de notre présence dans le monde
Qui en donne le mouvement.

Karine Piquion, décembre 2002

Contact